Barbara Mertens

Présentateur
Une journaliste, avant tout
Modératrice et intervieweuse de talent

On peut dire que Barbara Mertens (1968) est très tôt tombée dans la marmite du journalisme. Agée d'à peine 10 ou 11 ans, elle l'affirme déjà clairement dans une rédaction scolaire: "Dans mon école à Enghien, l'institutrice nous avait demandé d'écrire une petite rédaction ayant pour titre 'plus tard je voudrais être...'. Moi j'ai barré le titre et l'ai changé en 'plus tard je serai journaliste'!"

De fait, ce désir de devenir un jour journaliste s'est imposé à elle très jeune, sans pour autant que Barbara Mertens soit issue d'une famille de journalistes, de professionnels des médias ou de la communication. "Mes parents n'étaient même pas des militants" précise-t-elle.

Reporter de guerre

Qui plus est, Barbara Mertens rêve du pur journalisme, du vrai, du dur. Elle ambitionne de devenir reporter de guerre! "Je voulais aller sur le terrain des opérations, là où il se passe des choses". Très vite, Barbara Mertens devient une assidue de l'actualité, de l'information, des journaux. Lors de ses humanités à Braine-L'Alleud, elle opte pour les sciences sociales et bien sûr les langues, passeport obligé pour parcourir le monde. Puis ce sera tout naturellement une licence en journalisme et communication, à l'ULB, en 1986.

Chère radio

C'est au cours de ses études universitaires que Barbara Mertens découvre la radio. Jusqu'alors elle se voit journaliste de presse écrite. Des ateliers à Radio-Campus en décideront autrement. " J'y ai vraiment découvert la magie de la radio. La magie de couper dans la bande, de reconstruire une phrase, d’éliminer les hésitations, de modifier un discours… le pouvoir réel des médias ! Et puis c'est un média tellement rapide, instantané, direct que je ne pourrais m'en passer aujourd'hui."

Pourtant, diplôme en poche, c'est à la télévision que Barbara Mertens décroche un premier contrat, à No Télé, la télévision locale du tournaisis. Mais le désir de radio est trop fort: tout en traitant l'information locale et régionale, elle postule de l'autre côté de la frontière, si proche. Ce seront des piges pour Radio France, France 3, C9 télévision, Europole TV et RFM avec laquelle elle signe un contrat. Durant 5 ans, Barbara Mertens y présente les flashs d’info régionale du matin et du soir.

Bel-RTL plutôt que Paris

Barbara Mertens hésite à monter à Paris. C'est alors qu'elle repère une petite annonce: la jeune radio belge Bel-RTL cherche des "intervenants" antenne. Barbara Mertens postule. "Je me souviens que Stéphane Rosenblatt, alors directeur de la rédaction, me demanda comment je m’organiserais si je devais travailler au petit matin en ayant un bébé de 6 mois. Piquée au vif, je lui ai répondu du tac au tac : 'ça c’est mon problème, si je postule ici je crois que j’en suis capable '"!

Barbara Mertens fait son entrée à Bel RTL le 17 août 1996. Le jour où les corps de Julie et Melissa sont retrouvés à Sars-la-Buissière. "Sentant la bonne info se profiler, j'ai proposé de partir sur le terrain pour garantir une couverture en direct. Le lundi suivant, Stéphane Rosenblatt demande à me voir. Quatre jours plus tard je suis engagée."

Depuis cette date, Barbara Mertens n'a plus quitté la maison RTL. Malgré quelques remplacement au journal télévisé ou des participations à certains événement tels que les soirées électorales, c'est la radio qui demeure son domaine de prédilection. Elle devient rapidement la voix du journal de 18h puis du Bel RTL Soir aux côtés de Pascal Vrebos. Durant 8 ans, le duo anime chaque soir cette émission d'information et de débat, n'hésitant pas à la réaliser dans d'autres contrées au gré de l'actualité: Afghanistan, Chine, RDC, Maroc.

Double casquette

Après être promue chef de l’information en 2006, Barbara Mertens est nommée rédactrice en chef de Bel RTL en juillet 2009. Ce qui lui confère d'ailleurs une double casquette puisqu'elle continue à faire de l'antenne. Tous les jours de la semaine, Barbara Mertens se lève à 4 heures du matin et présente Bel RTL Matin, entre 7h et 8h30. Toujours en duo, bien que Thomas Van Hamme ait remplacé Pascal Vrebos depuis septembre 2011. "Thomas est le gentil qui réveille les gens et moi je suis celle qui vient avec les infos!". Pour Barbara Mertens il était essentiel de rester en contact avec le public. "Lorsque l'on m'a proposé de devenir rédactrice en chef, c'était une condition essentielle. C'est compliqué parce que cela me fait de très longues journées mais j'ai toujours été attachée à ce concept qui veut qu'un manager mette également les mains dans le cambouis. Je ne voulais pas diriger 40 journalistes depuis une tour d'ivoire."

Et le reportage de guerre dans tout cela? Cette passionnée d'actualité internationale ne regrette rien. "Bien sûr, cette envie demeure, c'est une volonté qu'on ne perd jamais vraiment. Mais lorsque l'on travaille pour une radio généraliste comme Bel-RTL, on part du principe que ce qui se passe au coin de la rue intéresse autant et si pas plus nos auditeurs que ce qui se passe en Syrie ou en Afghanistan. Le terrain peut être très proche de chez nous! Et je reste journaliste avant toute chose!"

Et Barbara Mertens est très curieuse de nature : ses centres d’intérêts portent tant sur les voyages, la politique internationale, la littérature que sur la gastronomie. Et ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est mener une bonne interview !

No testimonial yet. Be the first!
Ajouter un témoignage
Langues de prestation
Français