Laurent Ledoux

Conférencier
Le manager aux pieds nus
To tranform organizations that transform society

Laurent Ledoux (1966) a tellement voyagé, vécu, travaillé partout sur la planète qu’il serait difficile de tout mentionner. En très résumé, l’homme a voyagé dans le monde entier pour apprendre à vivre, parle sept langues et restructure ou transforme des organisations dans le souci d’accroître leur impact sociétal positif !

« Ce manager aux pieds nus » a travaillé pour de grandes entreprises, des banques, des institutions publiques et des ONG, tout en développant une philosophie unique du management, alimentée par la lecture et la rencontre de grands philosophes du passé et contemporains.

Outre le français, le néerlandais et l'anglais, Laurent Ledoux peut également donner des conférences en espagnol, italien, portugais et allemand.

Soif d’indépendance

Né à Leuven, Laurent Ledoux grandit dans une petite ville près de Namur avec 4 frères et sœurs. Très jeune, il a besoin d’indépendance, de faire son chemin et demande à ses parents d’être mis en pension à l’abbaye de Maredsous. Laurent a alors 9 ans. La vie en collectivité lui réussit. « Nous faisions énormément de sports, il y avait des gens du monde entier, des irlandais, des hollandais, des congolais, etc. ». C’est là-bas que Laurent «commence à vivre» et se découvre une passion pour le tennis, qu’il pratiquera à un bon niveau. Lorsqu’à 10 ans un ami lui dit vouloir devenir médecin, Laurent répond : « Moi aussi je veux devenir médecin, mais pas de personnes, de sociétés ».

Cette soif d’indépendance est loin d’avoir fini de s’exprimer. A 12 ans, il passe trois mois dans une famille irlandaise. Puis, comme le père de sa petite amie habite au Congo, il y part travailler durant les vacances. Et ainsi de suite. A 16 ans, il refait sa rhétorique aux Etats-Unis. « Ma famille d’accueil vivait dans un ranch perdu en plein milieu de la Californie ; il y avait des animaux, du travail manuel à accomplir et à l’école, c’était la fête tous les jours ».

Des expériences linguistiques

Très tôt, Laurent a voulu apprendre les langues et découvrir ainsi de nouvelles cultures, de nouvelles façons de vivre – actuellement il en parle pas moins de sept ! A l’Université donc, pas question de suivre un parcours traditionnel : il fait ses candidatures en Néerlandais à Leuven puis fait ses Licences et sa Maîtrise en Economie en Espagne et en Italie. Pendant ses vacances universitaires, il travaille comme volontaire au Congo, au Nicaragua, au Mexique, en Colombie et en Argentine et au Brésil.

Ce besoin de bouger et d’explorer ne lui passera pas, même lorsqu’il débute sa trajectoire professionnelle. Ainsi, pour son premier job, il est envoyé par MSF au Mozambique où il est responsable financier et administratif. Par après, il travaillera dans toute l’Europe et en particulier dans plusieurs pays de l’Ex-Union Soviétique où il gère des projets de restructuration et de privatisation d’entreprises pour le compte de la Commission Européenne.

Au cours de ses études et de sa carrière professionnelle, Laurent Ledoux a ainsi voyagé, étudié et travaillé dans plus de 50 pays, sur tous les continents. Le plus important pour lui : avoir appris « à vivre un peu au rythme d’autres cultures, à voir le monde d’un autre point de vue. C’est là ma plus grande richesse, à côté de ma famille ». Pour se ressourcer, Laurent Ledoux fait beaucoup de sport (jogging, vélo, tennis), rencontre des philosophes et des maîtres spirituels au travers des séminaires qu’il organise pour l’association qu’il gère (www.philoma.org) et écoute du jazz ou de la musique sacrée.

Le besoin sociétal comme priorité

Sa carrière, Laurent Ledoux la mène « sans plan précis mais avec un fil rouge: aider et comprendre des organisations qui elles-mêmes ont un impact sociétal ». Dans ce but, il oscille entre public et privé, entre des banques comme ING ou BNP Paribas Fortis et de grandes institutions comme la Commission européenne ou aujourd'hui la présidence du SPF Mobilité. Car pour Laurent Ledoux, les deux secteurs, et même le monde associatif, sont appelés à évoluer radicalement pour répondre aux défis sociétaux contemporains et ont beaucoup à apprendre l’un de l’autre.

Sa plus forte conviction : la maximisation des profits ne doit pas être et n’est pas par essence, le but premier d’une entreprise. Si le profit est évidemment indispensable, l’objectif premier doit être de contribuer à la rencontre de besoins sociétaux, tout en créant un environnement de travail dans lequel les collaborateurs peuvent grandir et s’épanouir, pour eux-mêmes et pas seulement pour les besoins de l’entreprise. C’est la mise en place de tels environnements de travail qui anime Laurent que certains de ses collaborateurs appellent « le manager aux pieds nus ». Car Laurent Ledoux se balade souvent sans chaussure au travail, « une façon d’être plus en connexion avec la terre, un héritage de mes séjours en Afrique ».

Oui, Laurent Ledoux a les deux pieds bien sur terre. Et, pas de doute, avec un parcours pareil et une telle philosophie, l’homme a des leçons à transmettre.

L’entreprise libérée : comment se préparer en tant que leader?

Entrepreneurs, HR, Culture d'entreprise, Leadership, Stratégie, Management, Motivation, Topmanagers, Entreprendre de manière responsable, Inspirant

On parle beaucoup actuellement de l’entreprise 2.0, plus collaborative, moins hiérarchique, en un mot libérée. Mais on parle trop peu souvent de la transformation personnelle que les dirigeants d’entreprise doivent réaliser, en leur for intérieur, pour qu’une telle transformation de leur organisation puisse advenir. Cette conférence ou séminaire (qui peut être approfondie au travers de différents modules) propose une démarche pour initier une telle transformation personnelle.

Intelligence de la nature : peut-elle révolutionner le management ?

Entrepreneurs, Globalisation, HR, Culture d'entreprise, Leadership, Stratégie, Management, Motivation

"La plupart de nos problèmes provient de l'écart entre notre mode de pensée et le mode de fonctionnement de la nature" ? (Gregory Bateson, philosophe et éthologue). Partant de ce constat, cette conférence a comme objectif de questionner la nature et de discuter des leçons que nous pourrions en tirer pour gérer au mieux nos entreprises et institutions. Avec la distance critique propre à la philosophie, c’est-à-dire sans considérer la nature comme un nouveau modèle idéal.

Mais bon sang, qui est responsable ?

Belgique, International, Globalisation, Entrepreneurs, Globalisation, HR, Culture d'entreprise, Leadership, Stratégie, Management, Entreprendre de manière responsable, Philosophie, Spiritualité, Religion

Penser la responsabilité sociétale des entreprises. Alors que la mondialisation semble accroître la puissance des entreprises en même temps qu’elle réduit les moyens des États de les contrôler, cette redistribution des pouvoirs semble impliquer une redéfinition des responsabilités. La seule mission de l’entreprise consiste-t-elle à réaliser du profit ou doit-elle assumer d’autres devoirs vis-à-vis de ses travailleurs, de l’environnement, des États qui l’accueillent ou plus généralement des êtres humains dont elle affecte l’existence ? Quelle est exactement la nature de ces responsabilités : morales, juridiques, voire politiques ? Comment peuvent-elles être mises en œuvre et par qui ? Et dans tout cela, où commencent et où s’arrêtent mes responsabilités personnelles? Comment puis-je et dois-je les exercer ?

Quel management pour la société de demain ?

Belgique, International, Globalisation, Globalisation, HR, Culture d'entreprise, Leadership, Stratégie, Management, Entreprendre de manière responsable, Philosophie, Spiritualité, Religion

Notre société et nos entreprises sont confrontées à de puissants bouleversements. Il n’est sans doute pas encore possible d’imaginer l’impact que produira la conjonction de ces chocs. Ne serait-il pas candide de penser que nous pourrons y faire face sans remettre en cause, au moins en partie, les modes de pensée et de management qui ont contribué à les induire ? Pour faire face à l’inconnu avec sérénité, pour créer l’avenir que nous désirons plutôt que subir celui que nous redoutons, n’est-il pas urgent de questionner nos modèles, d’identifier les questions pertinentes pour ébaucher des réponses ou des approches alternatives à ceux-ci ? Et pour nous accompagner dans cette démarche, à qui faire appel si ce n’est à des philosophes dont les recherches sont susceptibles d’éclairer d’une lumière nouvelle nos pratiques managériales ?

Le leadership sans réponses faciles

Leadership, Stratégie

Penser le leadership de demain. Au travers de cas pratiques inspirés de Ronald Heifetz (Harvard), cette conférence ou séminaire vise à aider les participants à adopter un style de leadership qui mobilise leurs équipes à se prendre en charge plutôt qu’à suivre ceux qu’ils pensent devoir suivre.

L’imagination éthique : comment les cas de conscience nous révèlent à nous-mêmes et sont cruciaux pour le manager d’aujourd’hui ?

Leadership, Stratégie, Entreprendre de manière responsable

Au travers de cas pratiques inspirés de Joseph Badaracco (Harvard), cette conférence ou séminaire vise à aider les participants à être plus conscients des dilemmes éthiques auxquels leur organisation peut être confrontée et à les aborder comme autant d’opportunités, tant sur le plan personnel qu’organisationnel.

Philosophie : le meilleur ami du manager ?

Business & Management, HR, Culture d'entreprise, Leadership, Stratégie, Management, Philosophie, Spiritualité, Religion

Face à la crise profonde que traverse le capitalisme actuel, les philosophes sont de plus en plus souvent appelés à la rescousse pour repenser les fondements de notre système économique et de nos pratiques managériales. Cette conférence aborde ce que peuvent apprendre les managers au travers d’une réflexion avec les philosophes mais également ce que la philosophie peut gagner à penser le management. Plus que jamais, notre société a besoin que s’établisse un dialogue constructif entre philosophes et managers.

Gestion du changement: comment initier la libération de votre organisation?

Créativité, Innovation, Leadership, Stratégie, Entreprendre de manière responsable

La "libération" des organisations, selon les principes de Getz, Laloux, Semler, ou Bakke est un concept qui séduit de plus en plus d'organisations. Laurent Ledoux a mis en oeuvre avec succès de tels principes au sein d'une grande banque et s'attèle à faire de même aujourd'hui dans une administration publique de plus de 1000 personnes. Outre une familiarisation avec les principes fondamentaux de "libération" des entreprises, au travers d'expériences pratiques, cette conférence ou ce séminaire est l'occasion de réfléchir avec vous sur la façon d'introduire une dynamique de changement dans votre organisation, une dynamique stimulant la prise d'initiatives par votre personnel.

La conférence de Laurent fut lumineuse. Très claire, extrêmement appréciée. Son discours est économique, mais surtout philosophique, humain, psychologique. Un retour vers une économie plus humaine et respectueuse du social, de l’économie et l’écologie.

Maggy Collard - Université des Aînés de Louvain-La-Neuve
Ajouter un témoignage
Langues de prestation
Anglais, Français, Néerlandais