David Steegen

Conférencier
Un regard exceptionnel dans les coulisses du grand club d’Anderlecht
À la recherche d’un avenir pour les multiples facettes de Bruxelles

« Tout ce qu’il fait est un prétexte pour pouvoir raconter une histoire », a dit un jour son ami Stefan Himpe dans De Morgen à son sujet. Or David Steegen (1966) a fait beaucoup de choses : responsable de la communication pour une entreprise cinématographique et une chaîne de télévision, pour le politicien Guy Vanhengel et pour le RSC Anderlecht aujourd’hui. Il a également été responsable du football chez Belgacom TV, il a créé Exqi Sport, une chaîne sportive, il est l’auteur des livres De zomer van Mexico ‘86 et 100 jaar RSC Anderlecht et il est chroniqueur pour l'hebdomadaire Bruzz.

Foot

David Steegen est un porte-parole hors pair, capable de mettre de l’émotion dans des analyses rationnelles et d’allier le sérieux au comique. En tant qu’orateur, il propose non seulement un regard passionnant dans les coulisses du plus grand club de football du pays, mais il a aussi un avis novateur sur notre capitale en tant que Bruxellois.

David Steegen est obsédé par le football. Il est un fervent supporter d’Anderlecht depuis l’enfance. « Même abattu par mon pire chagrin d'amour, je trouvais une consolation en allant voir un match au stade », confie-t-il dans le magazine des anciens de la VUB. Dès neuf ans, il réalise qu’il n’est pas fait pour une carrière de footballeur. Il n’envisage pas non plus de devenir journaliste sportif. « On parle de football, mais on ne participe pas vraiment. Je veux être un véritable acteur ».

Creuset

David Steegen rassemble de nombreuses cultures différentes : passion italienne et esbroufe bruxelloise, rehaussés par la simplicité de la classe moyenne et le don des mots. Son grand-père est un Italien venu travailler dans les mines limbourgeoises en 1946. Son oncle s’appelle Rocco Granata, un gamin des rues qui s’est hissé au sommet de l’industrie du spectacle. Grâce au succès de Rocco, la mère de David vient étudier à Bruxelles et rencontre son futur mari avec lequel elle crée un atelier de confection de vêtements de sport. Le jeune David va à l’école à Bruxelles. Il fait ses études primaires et secondaires dans des écoles francophones, puis il étudie la philologie romane à la VUB en néerlandais : « les discussions communautaires me sont totalement étrangères. À Bruxelles, cette querelle est dépassée ».

Intérêts multiples

Issu d’une famille de la classe moyenne, David apprend le sens du devoir et la simplicité dès son plus jeune âge. Ses intérêts sont très divers. « Je suis vite intéressé par quelque chose de nouveau. L’inconvénient, c’est que je n’ai pas de but unique que je veux atteindre à tout prix. Je n'ai pourtant jamais quitté un travail parce que je le trouvais ennuyeux, mais parce que je voyais un nouveau défi ailleurs ». Il se tourne d’abord vers l’industrie du cinéma en tant que responsable de la presse chez Columbia Tristar Films, puis pour la chaîne Canal +.
En 2003, il entre dans le monde de la politique grâce à son ami de jeunesse Sven Gatz et devient porte-parole du ministre bruxellois Guy Vanhengel. « C’était la carrière idéale pour donner libre cours à mon côté bruxellois. J’ai appris à être diplomate, indulgent, simple dans la communication et consensuel : une belle caractéristique pour un Bruxellois ».

Goût du contact humain et des histoires

La création d’Exqi Sport est son plus beau souvenir dans le monde des médias. Il s’agit d’une chaîne qu’il contribue à créer avec peu d’argent en réagissant avec créativité au contexte médiatique de l’époque et grâce à son expérience de responsable des émissions de football chez Belgacom TV.

Enfin, il lance RSCA TV, de sorte qu’Anderlecht est le premier club belge à disposer de son propre programme télévisé. En effet, depuis 2009, il fait le travail dont il rêvait : en tant que responsable de la communication du club d’Anderlecht, il profite du football et raconte des histoires tous les jours. Dans ce cadre, il a réussi à rationaliser la manière dans le plus grand club de football du pays se présente au monde extérieur sans exclure les émotions, sans censure, mais en associant l’authenticité et la dignité.

Son ami David Himpe dit à son propos dans De Morgen : « Godfried Bomans a dit un jour que l'art ne consiste pas à écrire, mais à voir l’histoire. David a ce que les Anglais appellent wit : il y a des histoires partout, et quand il décrit quelque chose, on en plongé dans un film. C’est donc l’homme social parfait, quelqu’un qui a une aura. Il ne faut jamais le présenter, il entre et cela suffit ».

Anecdotes marquantes

David Steegen est un communicateur inspiré et l’homme idéal pour vous initier à la communication d’une entreprise sportive du plus haut niveau. Il ponctue ses conférences d’exemples parlants et d’anecdotes marquantes issues de la réalité quotidienne. Il raconte des histoires dont chacun peut tirer quelque chose, tant les amateurs de football que les chefs d’entreprise qui apprécient peu le sport.

Il parle avec attachement de son sport favori, mais aussi de sa ville d’élection, Bruxelles, où néerlandophones et francophones forment une minorité et où l’insécurité est un thème prépondérant. Il parle avec verve du passé, du présent et de l’avenir de la capitale, ainsi que de l’élargissement de la Belgique.

Garder la tête froide dans les situations difficiles : communication de crise et expériences d’un club de football à l’usage des entreprises

Belgique, Autorités publiques, Société, Business & Management, Diversité, HR, Culture d'entreprise, Créativité, Innovation, Leadership, Stratégie, Management, Marketing, Motivation, Secteurs, Communication, Relations publiques, Sportifs en groupe, Administrateurs sportifs, Coachs sportifs/Entraîneurs

Peu d’entreprises subissent autant de pression qu’un club de football. En effet, une institution comme Anderlecht touche tout le monde : jeunes, vieux, universitaires, diplômés de l’enseignement inférieur, néerlandophones et francophones. Ce sont donc des dizaines de milliers d’amateurs qui ont chacun un avis sur la manière dont il faut gérer la S.A. Anderlecht et qui s’intéressent chacun à un aspect qu'ils examinent à la loupe. Les supporters sont parties prenantes et réagissent avec un excès d’enthousiasme, que les choses aillent bien ou moins bien. Pour d’autres, extérieurs à l’univers d’Anderlecht, le club ne fera plus jamais de bonnes choses. Il faut donc une communication de crise permanente. Cependant, David Steegen réussit à donner une image de calme et de fermeté au grand club bruxellois. Lors de ses conférences, David Steegen présente les similitudes et les différences entre la communication des entreprises et celle d’un club de football. Il aborde ainsi les prudents compromis qu’il faut faire entre l’actualité et la vision à long terme, la communication de bonnes et moins bonnes nouvelles, et les relations avec les médias sociaux et les journalistes en général. Il illustre sa présentation avec de nombreux exemples et cas concrets qui soulignent et dépassent à la fois la spécificité du monde du football, de sorte que chaque chef d’entreprise peut y puiser quelque chose.

La vie telle qu’elle est : les coulisses d’Anderlecht

Sport & Aventure, Sportifs en groupe, Administrateurs sportifs, Coachs sportifs/Entraîneurs

Un club de football est de plus en plus représentatif de la société. Les grands joueurs sont des individus avec leur ego, mais ils doivent réaliser ensemble des prestations du meilleur niveau. Ils ont des expériences différentes, ils sont originaires d’Afrique, d’Europe de l’est ou du Moyen Orient et réagissent différemment à différentes situations. Le football est également devenu une affaire mondiale où le pouvoir de l’argent, des agents et des sponsors est énorme. Les supporters et les médias examinent les choses à la loupe et transforment des bagatelles en ruptures insurmontables. David Steegen est idéalement placé pour vous livrer un regard étonnant sur l'accompagnement individuel et collectif des joueurs, ainsi que sur leur encadrement. Il présente aussi la relation avec tous ceux qui sont concernés de près ou de loin par la vie d’un grand club.

Vivre à Bruxelles : envisager l’avenir

Belgique

D’après un reportage de la chaîne allemande ZDF de mars 2012, Bruxelles est la ville la moins sûre d’Europe. Si cette position de tête est discutable, le sentiment d’insécurité de certains habitants est indéniable. Il y a trop de niveaux administratifs et les bourgmestres n’osent pas aller à l’encontre de leur électorat potentiel au détriment de la classe moyenne. David Steegen souligne l’importance exagérée accordée aux questions communautaires dans une ville où seule une minorité entretient encore des liens réels avec la communauté flamande ou wallonne. Comment aborder la croissance de la population composée de 128 nationalités ? Véritable Bruxellois, David Steegen souligne les problèmes et en cherche les causes par le biais d'une démonstration lumineuse tout en regardant vers l'avenir. Une vision indispensable pour tous ceux qui se soucient de notre capitale.

No testimonial yet. Be the first!
Ajouter un témoignage
Langues de prestation
Anglais, Français, Néerlandais